L’arrivée du robot chirurgien autonome

Dans le cadre d’une application thérapeutique comme la chirurgie, un robot chirurgien autonome a été créé et testé sur un intestin avec des résultats positifs. Même s’il s’agit d’un robot chirurgien autonome, il nécessite toujours la supervision des chirurgiens qui auront pour rôle d’intervenir en cas  de complication.  C’est un robot nommé STAR signifiant en anglais, Smart Tissue Autonomous  Robot, montrant l’avancée remarquable de la médecine.

Comment fonctionne le robot chirurgien autonome ?

Comme son nom l’indique il s’agit d’un robot chirurgien autonome qui va assurer la chirurgie des tissus mous des os et des organes afin de garantir des meilleurs résultats. Ainsi, en tant qu’autonome, Star va orienter et effectuer des sutures sans aucune intervention externe à l’aide d’une pléiade de capteurs de pressions ultrasensibles qui vont émettre un système d’imagerie en 3D. Le fonctionnement collaboratif entre chirurgiens et robot chirurgien autonome va réduire au maximum les erreurs médicales et les complications post-chirurgicales.
Ce robot chirurgien autonome est capable d’effectuer une opération chirurgicale de tissus mous avec un strict minimum d’assistance humaine. Il a été développé par l’équipe d’Azad Shademan pour les chirurgies complexes et il est composé par un bras robotique avec plusieurs instruments chirurgicaux permettant aux chirurgiens humains de prendre le relai à tout moment. Ce robot chirurgien autonome est muni d’un système de caméra infrarouge lui permettant d’obtenir un résultat beaucoup plus efficace que celui des humains.

Quelles sont ses limites ?

quelles-sont-ses-limites.jpg

Malgré le grand succès du robot chirurgien autonome, sa réussite dépend toujours de la virtuosité des chirurgiens, et d’ailleurs, il n’est pas fait pour remplacer le chirurgien mais pour réduire au maximum les risques d’accident au cours des opérations chirurgicales complexes. Ce qui fait que le robot chirurgie autonome a pour seulement objectif de rendre les procédures chirurgicales plus raffinées avec le moindre risque d’échec.

 

Author: Quentin Richard

Share This Post On